l'écurie western

Le ranch cutting

Le ranch cutting

 « Au printemps 1984, je me suis retrouvé debout au milieu de la carrière, époussetant mon chapeau, attendant avec un pincement au cœur mon score. Perdre son chapeau pendant une épreuve de bon niveau, en travaillant une vache difficile, ne vous donne pas l’air bien malin… Et dans mon cas, la raison sautait aux yeux de tous ceux qui me regardaient. Le haut de mon corps est parti vers la droite, alors que mon cheval pivotait vers la gauche. J’étais simplement dans l’incapacité de rester synchro avec le mouvement rapide du cheval. J’ai bien compris qu’il fallait que je rentre à la maison, que je panse mes blessures d’orgueil, et que j’améliore ma façon de monter. 5 ans ont passé, et j’y travaille encore. Et je continuerai jusqu’à ce que je sois le plus vieux cutter de la NCHA ».

Extrait de l’introduction de « « Training and showing the cutting horse », par Lynn Campion, un livre-bible. Ces quelques lignes disent tout de la priorité pour pratiquer cette discipline : le travail.

Et encore, Lynn  avait la possibilité d’avoir la main sur la corne. En ranch cutting, les mains restent sur les rênes, et si tant est que vous soyez à deux mains…

  1. La finalité du ranch cutting

Encore appelé « herd work », le ranch cutting propose de cutter en conservant exactement les mêmes règles et la même finalité que le cutting, à l’exception de la pénalité « 1B » de la NCHA : « reining or visibly cueing ».

La classe se déroule un peu différemment selon les associations, et les règlements évoluent chaque année. L’AQHA demande que les veaux soient numérotés, et le juge décide du veau à séparer. L’APHA se réfère à l’ American Stock Horse association, la NRCHA se réfère à la NCHA avec la disparition de la pénalité 1B, la NCHA n’offre pas de classe de ranch cutting. A vous de vous assurer du règlement sous lequel vous allez être jugé. Cela dit, un beau run de ranch cutting sera toujours crédité et apprécié, l’objectif recherché étant le même. Assez bien résumé, voici un Extrait du règlement NRCHA 2011 :

«  Le jugement commence à la ligne de temps.

Le concurrent doit approcher le troupeau sans hésitation, franchement et avec confiance afin de rentrer suffisamment au cœur du troupeau pour démontrer son habileté à trier. Le cheval doit travailler calmement mais de façon alerte, ne provoquant que peu de perturbations pour le troupeau ou pour le veau trié.

Conduire le veau, le sortir du troupeau à suffisamment grande distance et positionner l’animal  tout en le maintenant dans une position de travail au centre du manège seront crédités. Le degré de difficulté, l’eye appeal, et le courage de rester sur une vache difficile seront pris en considération. Le temps passé à travailler effectivement pendant les 2minutes et demi, aura un effet positif sur le score total. Le cheval doit être très expressif, mais ne pas montrer de mauvaises intentions envers le veau. Le sifflet marque la fin du jugement. »

 

  1. Quelle est la raison d’être du ranch cutting ?

L’origine de toutes les classes dites de « ranch » sont les épreuves de la Foundation Quarter Horse Association, de laquelle naquit la Ranch Horse Association of America. La versatilité exigée des chevaux et le bon sens des cowboys impliqués ont naturellement mené à la suppression de la règle  1B de la NCHA. On peut difficilement exiger d’un cheval de Reined Cow ou de versatility de descendre le long du fence puis de  cutter sans l’aide du cavalier.

Un bon cheval de ranch doit cependant permettre de trier un veau. La discipline n’en exige pas moins de voir la capacité du cheval à contrôler par lui-même le veau, désigné ou choisi. Moins le cavalier aide le cheval, plus les mouvements sont harmonieux, plus le cheval montre de cow sens, et meilleur est le score. Au final, plus le travail se rapproche d’un run de cutting, mieux c’est.

  1. Le ranch cutting serait-il un « sous-produit » du cutting ?

Il n’y a pas lieu de les comparer. Le ranch cutting est toujours une épreuve parmi d’autres, et la totalité des points des différentes épreuves est prise en compte. 5 épreuves en Versatility, 5 en Ranch Horse, 5 en Stock Horse, 3 en Reined Cow Horse. Il ne s’agit donc pas de savoir si le cheval est un bon cheval de ranch cutting, mais s’il tend vers l’ultime, l’exceptionnel, le tant recherché et convoité, le rêve de chaque cow-boy, le cheval de ranch aux talents et compétences variés.